Sunday, July 2, 2017

Colloque "Neonoma : néologismes et noms propres"

FABULA

Du 9 novembre 2017 au 10 novembre 2017
Université de Strasbourg
ARGUMENTAIRE
Prénoms originaux (Charlolivier, Alkapone), noms commerciaux évocateurs (BlaBlaCar, Fautif Hair, Oasis), toponymes à enjeux identitaires (Hauts-de-France, Nouvelle-Austrasie), acronymes militants ou scientifiques (LGBTPETA ; IDEX), désignations péjoratives de personnes (la marie-chantal, la conchita, le kévin), formation de noms communs ou d’adjectifs (macronite, trumperies ; vallsiste), appellations politiques (Grexit, Ayraultport), pseudonymes ludiques dans les réseaux sociaux (@outofpaprika, @aeris22), noms propres fictionnels (Assurancetourix, Lara Croft, Jason Bourne), etc. Force est aujourd’hui de constater que nom propre et innovation langagière entretiennent des rapports privilégiés dont la portée socio-culturelle, économique, voire politique (« personal branding » du nom Trump), apparaît tout aussi indéniable. De fait, la stratégie des créateurs de noms propres est claire : outre les raisons d’ordre juridique1, il s’agit in fine de forger un nom propre qui véhicule une mise en scène valorisante de soi, d’une œuvre, d’un produit ou d’une entreprise, tout en favorisant la mémorisation auprès d’un public vivant à une époque marquée par l’individualisme et l’ultra-communication.
Or, en linguistique, cette relation entre le nom propre (anthroponymes, toponymes, chrononymes, ergonymes, etc.) et la création néologique a jusqu’ici été peu étudiée en tant que telle. En effet, du côté des études de néologie, le néologisme est explicitement défini comme une unité de nature lexicale, c’est-à-dire comme un principe de vitalité des langues2, vis-à-vis duquel le nom propre n’est pas pertinent, n’étant pas lui de nature lexicale. Par ailleurs, si les études de lexicologie se préoccupent bien de procédés de formation portant sur le nom propre (essentiellement le phénomène de l’antonomase), elles relient rarement les moyens morpho- sémantiques de l’innovation lexicale au contexte socio-historique de cette dernière, laissant ainsi de côté les conditions textuelles et pragmatiques (cruciales en traduction), la situation événementielle (ex. la déonomastique des patronymes politiques est contemporaine de leur médiatisation) et, au-delà, le parcours historique de diffusion des créations lexicales (mots à la mode ou intégration durable des antonomases à la langue commune).
Dans le but d’approfondir la relation entre le nom propre et la création néologique, ce colloque réunit des spécialistes internationalement reconnus du nom propre et de la néologie, mais aussi des informaticiens-linguistes, des spécialistes de la traduction, de la rhétorique et un professionnel du nom d’entreprise. Diversité des approches et des langues, originalité scientifique et portée socio-culturelle du sujet constituent ainsi les points forts de ce colloque de dimension européenne.

PROGRAMME

Jeudi 9 novembre
8h45-9h15
Ouverture-présentation du colloque
Axe 1 — Nomination néologique et noms propres
9h15-10h00
Jean-François Sablayrolles (Paris 13)
Diversité des relations entre néologie et noms propres
10h00-10h45
Jean-Louis Vaxelaire (Namur, Belgique)
La distinction nom commun / nom propre à l’aune de la néologie
10h45-11h
Pause café
11h-11h45
Teresa Cabré et Amor Montané (Barcelone)
Néologismes construits sur des noms propres : instabilité et permanence
11h45-12h30
Mathilde Huguin (Nancy)
Morphologie et noms propres : les créations lexicales à partir des noms de personnalités politiques françaises
Pause déjeuner
Axe 2 — Noms propres en discours et en traduction
14h00-14h45
Hilke Elsen (Augsbourg, Allemagne) The sound symbolic value of new names
14h45-15h30
Denis Jamet (Lyon 3)
Le rôle des euphémismes et dysphémismes dans la création des noms propres
15h30-15h45
Pause café
15h45-16h30
Thierry Grass (Strasbourg)
Nom propre fictif et traduction – une approche trilingue français-allemand-anglais
16h30-17h15
Dominique Defert (Strasbourg, traducteur professionnel) De la traduction des noms et des inventions lexicales
Vendredi 10 novembre
Axe 3 — Traitement automatique des langues et noms propres
9h15-10h
Damien Nouvel (Paris, INALCO)
Remédier à l’incomplétude lexicale à l’aide de bases lexicales en ligne
10h-10h45
Emmanuel Cartier (LIPN-CNRS, Allemagne)
Néologismes issus de noms propres : relevé, analyse et repérage automatique dans la plateforme Néoveille
10h45-11h
Pause café
11h-11h45
Christophe Gérard (Strasbourg)
Nom propre, diachronie et veille néologique (plateforme Logoscope) :
la dénomination mouvementée des nouvelles régions de France (2014-2017)
11h45-12h30
Francesco Crifò (Sarrebruck, Allemagne)
« Parler d’autre Martin ». Essai de phraséologie hagionymique
Pause déjeuner
Axe 4 — Noms propres et entreprises (« naming »)
14h-14h45
Jana Altmanova (Naples, Italie)
Repérage semi-automatique et analyse du degré de lexicalisation de l’onomastique commerciale à partir des plateformes Neoveille et Logoscope
14h45-15h30
Sophia Huynh-Quan-Chiêu (La Marque Pensée, Strasbourg)
Création de noms et marketing : quelles contraintes pour les professionnels ?
15h30-15h45
Pause café
15h45-16h45
Table ronde : bilan du colloque et perspectives